concert passé

Roy Hargrove quintet

Rouen, Théâtre des Arts - Opéra de Rouen Normandie

18H00

15
Oct
2017

Né au Texas, dès ses dix-neuf ans, il fréquente les milieux du jazz new-yorkais. Ayant acquis très vite une belle réputation, il joue et enregistre abondamment avec les plus grands musiciens et en leader, effectuant de nombreuses tournées dans le monde. À la fois héritier brillant de la tradition de son instrument et ouvert à toutes les expériences musicales, il est aussi à l’aise dans le genre afro-cubain que dans la fusion jazz, soul, blues et hip hop qu’il pratique avec son ensemble The RH Factor. Aujourd’hui, avec son quintet acoustique teinté de groove, il revient à son héritage hard bop qu’il sublime et qui galvanise ses musiciens. Grâce au mélange «énergie, audace, élégance, talent, partage», Roy Hargrove nous fait vibrer. Le grand art de la petite formation.

Roy Hargrove quintet
Musiciens
Roy Hargrove quintet

Roy Hargrove (trompette, bugle), Justin Robinson (saxophone alto), Tadataka Unno (piano), Ameen Saleem (contrebasse, basse), Quincy Phillips (batterie).

Photographies du concert
Vos impressions (10)
poster un commentaire

Je viens de voir une courte vidéo du groupe en pleine action à Strasbourg (septembre 2016).
Vivement leur passage à Rouen Dimanche 15 Octobre 2017.
Bravo à Rouen Jazz Action pour leurs choix judicieux:
Diane REEVES (Rouen 2015), Chucho VALDES (Rouen 2016) et Avishai COHEN’s Jazz Free sa merveilleux contrebasse (Rouen 2017) !

MONNET

Concert un peu “froid” impression de service commandé , musiciens fatigués ?  Pour moi , bien en dessous des merveilleux derniers concerts! 
Au suivant…:-)
YG

Yvon GRAÏC

Une bonne soirée passée avec Roy Hargrove Quintet.
Nous étions au 2ème balcon et l’Opéra de Rouen est un lieu idéal pour un concert de Jazz.
Un direct avec au début une Contrebasse en sourdine mais très vite mise en service au 3ème morceau.
A noter que l’Opéra c’est l’assurance d’avoir un fauteuil, un champ de vision qui permet de voir les 2 mains du pianiste, les accessoires de la batterie et c’est aussi une très bonne acoustique.
Michel Jules ne sait pas trompé dans son planning 2017 annoncé dans les années JAZZ (les samedi 18h-19h sur France Bleu Normandie).
Je ne suis pas un expert du Jazz mais c’est Louis Armstrong – ‘The good book’ - avec une pochette jaune d’un 45t qui m’a fait découvrir ce type de musique en 1965.
On comprend aussi Roy sur son désir de chanter à chaque concert.
Hier en voyant Roy se déplacer comme Claude Nougaro par petits pas en baissant la tête on pense à son interview dans Jazzhot.net :
« Ce qui m’inspire le plus, ce sont les ballades de John Coltrane, quand j’entend ce son, ça me rend fou…. »

MONNET

D’emblée, la faiblesse du son de l’orchestre étonnait : sonorisation un peu défaillante en cours de réglage ? non, faiblesse des souffles et en particulier de Roy, dont on ne retrouvait pas l’énergie, la brillance de l’attaque que ses enregistrements démontrent amplement. La grave maladie qui l’affecte depuis longtemps avait amené l’année dernière à l’annulation de sa tournée, report de dates… Manifestement il ne semble pas encore remis et est resté assez en retrait, prenant des solos assez courts, à l’économie. Bien dommage, car la section rythmique qui l’entourait était de qualité avec un pianiste qui développa de belles impros (cf celle sur Strasbourg-St Denis) et un batteur bien péchu. Notons toutefois que la déception résulte surtout de la comparaison avec le souvenir qu’on garde d’un trompettiste exceptionnel de la classe des Brown et Morgan. Ajoutons que les amateurs de saxo ne furent pas bien gâtés de leur côté par un altiste dont le son et les dégoulinades de notes renvoyaient aux époques pré-free, dont la saveur musicale m’a passé ! Pour terminer, cette petite citation de Francis Marmande que je ferai mienne : « Bien malin qui pourrait dire pourquoi, au détour d’une prestation si aventurée, Roy Hargrove l’imprévisible a poussé la chansonnette ».

jean-mi

Le minimum syndicale étant assuré, je suis resté sur ma faim. Et puis, quelle idée de vouloir chanter, n’est pas Chet Baker qui veut.

Jean Baptiste

Je partage ,certains commentaires. Résident dans l est durant 15 ans,je me souvenais des concerts de RJA au top niveau a l’epoque.Ce ne fut pas le cas ce soir.un peu déçu ,mais bon,soyons indulgent,Michel Jules nous a souvent fait découvrir de grosses pointures en jazz…....

Dominique desmares

Concert réellement raté à notre avis (pour avoir déjà vu RH sur scène, bien mieux inspiré et impliqué).
Si RH est diminué par une maladie, l’explication est sans doute toute trouvée.
Le plus étonnant est la ferveur du public à une telle prestation !

P&O

Très décevant, un saxophoniste insupportable de rapidité et de non sens. Un R.H. limite absent, qui chante ouille aille aille, au secours. Effectivement, n’est pas Chet B qui veut.
Aucun lien avec le public, limite dédaigneux, bref, je n’ai pas aimé du tout.

Yves Plaquet

j’étais content de voir des potes inaperçus depuis longtemps. La gomina de Roy était top

jacques guillou

Concert assez, voire très décevant. Roy était très en deçà des performances de ses albums (Earfood par exemple) de par une prestation minimaliste. Il doit de plus complètement éviter de chanter et se contenter de son instrument…

Jean-François

Poster un commentaire